“Ecrits contre la Commune”, au Théâtre de l’Epée de Bois

Chargement Évènements
Cet évènement est passé

THÉÂTRE

Écrits contre la Commune
par la Troupe de l’Épée de Bois

au Théâtre de l’Épée de Bois
jusqu’au samedi 23 février 2019

Dans le cadre du cycle Trois épées pour La Commune

Pourquoi monter un spectacle sur la Commune de Paris ?
Au-delà de l’intérêt historique et politique, en quoi l’étude de cette période de l’Histoire française, trop peu connue en France même, peut-elle toucher le théâtre ?
Les textes de notre spectacle, extraits de la thèse de Paul Lidsky Les Ecrivains contre la Commune, présentent l’intérêt de situer l’artiste, et dans ce cas précis l’écrivain du XIXe siècle, au centre d’un débat toujours contemporain, où il doit se définir par rapport à l’Histoire.
Ce n’est pas sans surprise que nous avons découvert à travers les divers témoignages, les réactions à chaud des écrivains ― dont la qualité n’est plus à vanter ― solidaires de la bourgeoisie apeurée et répressive face à cette « révolution crapuleuse ».
Le paradoxe devient d’autant plus saisissant que ces écrivains, choqués des agissements de la « canaille », sont souvent ceux-là mêmes qui ont introduit le peuple dans la littérature.
Notre intention n’est pas de faire le procès des écrivains mais de faire surgir dans notre mémoire collective l’intensité des conflits d’une société, où le créateur se fait, dans la plupart des cas, le défenseur de l’ordre établi.
La difficulté de notre entreprise a résidé dans la maîtrise du matériau, essentiellement constitué de correspondances, articles de presse, commentaires, sans aucun lien dramaturgique.
Peu à peu sont nés ces personnages, sortes de résidus d’une aristocratie déchue, vaguement nostalgiques des campagnes militaires napoléoniennes, à coup sûr épris de l’ordre social à même de garantir leurs privilèges.
Ils portent un texte dont la violence est à la mesure de la peur éprouvée face à cette véritable révolution qui a menacé les valeurs bourgeoises dans leurs fondements.
De quoi nous interroger sur ce qui fonde notre culture et sur la place de l’artiste dans notre société.

+ d’infos ici


Tout public
Durée : 1h15
Les samedis à 18h, jusqu’au 23 février 2017


Mise en scène : Antonio Diaz-Florian / Avec : Troupe de l’Épée de Bois
Production : Théâtre de l’Épée de Bois
Costumes : François Dubois / Dispositif scénique : Florian Legat / Aménagement de l’espace : Miguel Meireles, assisté de Mathieu Pontille / Conseiller scénographe : Jean-Marie Eichert
Ce spectacle a été monté avec la participation de l’ensemble de l’équipe du Théâtre de l’Epée de Bois.


Théâtre de l’Epée de Bois
Route du Champ de Manoeuvre, 75012, Paris

Métro Château de Vincennes (sortie n°6 puis prendre le bus 112 direction Joinville : arrêt Cartoucherie – Attention: la navette de la Cartoucherie ne circule pas le lundi)
Infos et réservations : 01 48 08 39 74 (du lundi au vendredi de 14h à 19h)