Le collectif IVG Tenon a écrit l’histoire de sa lutte contre la fermeture en 2009 du Centre d’IVG de l’hôpital Tenon.

Nous reprenons ci-dessous des extraits de leur brochure, “Notre lutte victorieuse“, sortie en décembre 2016.
Nous reprenons plus bas les nombreux reportages réalisés par Télé Bocal sur les manifestations qui ont eu lieu autour de l’hôpital Tenon de 2009 à 2013.
Nous reprenons également le film documentaire que Pasquale Noizet, membre du collectif, a réalisé sur la lutte pour la réouverture du centre IVG de Tenon.
Un pan de l’histoire du combat pour les droits des femmes, mais aussi de l’Est parisien, dont il nous paraissait important de retracer ici le fil, quasi exhaustif…

Nous avons choisi de présenter les vidéos dans l’ordre antéchronologique.

“L’histoire commence en septembre 2009. Une militante de l’association « droits des femmes » du 20e apprend par une infirmière scolaire que le Centre d’IVG de Tenon vient de fermer ses portes, en catimini. En effet, pas de fermeture officielle, pas de communication de la part de l’AP/HP ou de l’hôpital, les syndicats de Tenon ne sont pas informés. Sur place, un papier griffonné à la main, scotché à la va-vite, renvoie les femmes vers l’AP/HP…
L’association se mobilise immédiatement et décide d’informer la population du 20e. Elle organise un rassemblement sur le marché de la rue des Pyrénées, un dimanche matin, avec stand, musique, prises de parole pour alerter sur ce que signifie pour les femmes l’arrêt du fonctionnement du centre de planification et la pratique des interruptions volontaires de grossesse : recherche d’un autre centre, perte de temps alors que l’on sait que des délais s’imposent puisque l’IVG ne peut être pratiquée que jusqu’à 14 semaines d’aménorrhée (12 semaines de grossesse).
Ce premier rassemblement permet de tracer une perspective unitaire. Des responsables d’associations, de partis politiques, de syndicats, apportent leur soutien. La pétition qui demande la réouverture du CIVG est très bien accueillie…
… La première réunion du collectif unitaire aura lieu dès le 21 octobre, une quarantaine de personnes représentant partis, syndicats et associations décident de l’orientation et des activités pour les semaines à venir : rencontrer les syndicats de Tenon, faire une information large à la population du 20e et ouvrir rapidement vers l’Est parisien, en particulier vers les Bluets et Saint-Antoine, où commence une action en défense de la maternité et du CIVG…
… Cela se concrétisera par des rassemblements et manifestations qui vont s’enchaîner rapidement : le 14 novembre 2009 (voir le reportage plus bas), 200 personnes défilent de Trousseau à Tenon ; le 17 décembre 2009 (voir le reportage plus bas), rassemblement en musique dans le hall de la mairie du 20e ; puis le 13 février 2010, rassemblement sur le parvis avec banderoles et pancartes ; le 5 juin 2010 (voir le reportage plus bas), une nouvelle manifestation défile de Tenon à Saint-Antoine, organisée avec les comités de défense des maternités des Bluets et de Saint-Antoine. Puis c’est le 7 août 2010, un pique-nique musical dans le square Edouard-Vaillant, face à l’hôpital Tenon.
Le collectif organise aussi dans le 20e de nombreux débats, au Lieu-dit, café qui accueille les initiatives militantes ou au Studio de l’Ermitage, avec parfois projection de film, comme celui réalisé par Pasquale Noizet, militante du collectif (voir le film plus bas). Il informe régulièrement la population du 20e par voie de tracts et de 4 pages intitulés « Allo Tenon, quelles nouvelles ? ». Un blog, Droit à l’avortement dans le 20ème !, est ouvert en mai 2010, sur lequel nous actualisons les informations.
On doit citer aussi les multiples participations à des manifestations et débats organisés par d’autres structures, ce qui fait qu’entre octobre 2009 et janvier 2011, il ne se passe pas un mois sans que le collectif ne manifeste sa présence, avec souvent banderoles, tracts, pétitions.
Un moment important s’est situé le samedi 10 avril 2010, avec l’occupation pendant 6 heures du hall de la maternité de Tenon. Près d’une centaine de personnes y participent, sous l’œil des caméras de Télé Bocal et de France 3…
… Le 15 février 2011, une vingtaine de militantes du collectif se rendent à la réunion convoquée par la direction de Tenon. Victoire ! Le CIVG va reprendre ses activités, sous la direction du Pr. Antoine.
Mais l’histoire n’est pas terminée ! La direction veut limiter la capacité du centre, lésine sur les moyens. Et surtout nous nous apercevons que les locaux ne conviennent pas : situés dans la maternité, ils sont aussi répartis sur plusieurs niveaux, rendant le travail très difficile pour les infirmières et isolant les femmes du personnel soignant à certains moments.
Le collectif demande alors un centre dédié, autonome, qui ne soit pas dans les locaux de la maternité.
Il faudra attendre deux ans, mais de nouveaux locaux sont trouvés, des travaux réalisés avec le concours financier de la Région. Le nouveau CIVG, indépendant de la maternité, ouvre ses portes en avril 2014…
… Dès la réouverture du CIVG, les forces opposées aux droits des femmes, SOS Tout-Petits et autres catholiques intégristes ont voulu s’opposer à son fonctionnement et à nos libertés. Au front constitué face au Ministère de la santé, à l’AP/HP et à la direction de l’hôpital, va donc s’ajouter un deuxième front face à ces intégristes liberticides ! … L’ouverture du CIVG a eu lieu en avril 2011. Dès septembre 2011, les intégristes ont tenté de forcer l’entrée de l’hôpital Tenon. Empêchés de le faire, ils sont allés, sous la protection de la police, s’installer au coin de la rue de la Chine, tout près de l’hôpital !
… Une longue lutte, une belle lutte, toutes et tous ensemble nous avons gagné… Mais nous le savons, rien n’est acquis définitivement. Et dans une situation sociale et politique défavorable, les droits des femmes sont très vite remis en cause. Les politiques d’austérité mettent en péril les services de planification familiale et les centres d’IVG, les restrictions budgétaires dans les départements sont le prétexte à suppression de moyens, comme par exemple en Ile-de-France où Mme Pécresse, dès son élection comme présidente du Conseil régional, supprime le « pass contraception » destiné aux mineures.
Au niveau européen, les lobby pro-vie animés le plus souvent par les intégristes catholiques exercent de multiples pressions sur les institutions et les élu(e)s. Des gouvernements réactionnaires s’appuient sur leurs idées pour s’en prendre au droit de choisir et supprimer l’IVG. Alors, vigilance ! Avec les espagnoles, les italiennes, les polonaises, les hongroises et toutes les autres femmes, continuons à défendre nos droits !”

Samedi 3 décembre 2016
Reportage de Télé Bocal

Samedi 14 septembre 2013
Reportage de Télé Bocal

Samedi 15 juin 2013
Reportage de Télé Bocal

Samedi 25 mai 2013
Reportage de Télé Bocal

Samedi 18 mai 2013
Reportage de Télé Bocal

Samedi 23 mars 2013
Reportage de Télé Bocal

Samedi 9 février 2013
Reportage de Télé Bocal

Samedi 24 novembre 2012
Reportage de Télé Bocal

Avril 2012
Reportage de Télé Bocal

Mars 2012
Reportage de Télé Bocal

Samedi 11 février 2012
Reportage de Télé Bocal

Samedi 10 décembre 2011
Reportage de Télé Bocal

Samedi 14 octobre 2011
Reportage de Télé Bocal

Samedi 17 septembre 2011
Reportage de Télé Bocal

Octobre 2010
On s’est battu pour le gagner. On se battra pour le garder !
Un film de Pasquale Noizet (première partie)

Octobre 2010
On s’est battu pour le gagner. On se battra pour le garder !
Un film de Pasquale Noizet (seconde partie)

Samedi 5 juin 2010
Reportage de Télé Bocal

Samedi 10 avril 2010
Reportage de Télé Bocal

Jeudi 17 décembre 2009
Reportage de Télé Bocal

Samedi 14 novembre 2009
Reportage de Télé Bocal