La vie c’est comme ça
Les trucs de la vie *

Moi le matin, mon mari me réveille…
par Catherine

Moi le matin, mon mari me réveille avant de moi, avant moi, lui il fait son toilette, il fait tout, il lave, il fait ça, après il va aller faire ses prières, tranquillement, après moi je lève derrière mon mari, je me lave, je me fais bien tout ça, après je faire ma prière, je fais mes prières, après je fais mon lit, après je me soigne, prendre mes médicaments parce que j’ai cachets prendre, j’ai les cachets pour la tension, pour la thyroïde, un petit peu de cachets je prends le matin, après je prends mes cachets, je vois de l’eau, mon mari a préparé le déjeuner, il prépare pour mon fils, parce qu’il part à 7 heures à l’école, après moi et mon mari on prend le déjeuner ensemble, on discute un petit peu, après, vers 9 heures et demie, moi je vais aller au kiné, parce que je fais le kiné, à porte des Lilas, et mon mari qui l’est un petit peu malade il travaille pas il reste à la maison, il fait un petit peu le ménage à la maison, il passe l’aspirateur, il range un petit peu, et moi j’allais au kiné, bon, après j’arrive avec mon mari il a préparé un couscous, mon mari c’est lui qui cuisine, on fait tous les deux ensemble, on fait comme ça tous les deux ensemble, j’ai un gentil mari, il a préparé la table, je lavé les mains, je mangé avec lui, après je fais les prières, après manger, parce que mon fils il mange à l’école il mange pas à la maison, moi je mange avec mon mari, après avec mon mari on fait les prières tous les deux, après tous les deux on est sortis, moi je fais lessive lui il est sorti voir son copain, après il est rentré, on va préparer un petit quelque chose pour ce soir, c’est mon mari qui fait les idées c’est lui qui cuisine, après on travaille tous les deux, après on discute un petit peu, repasser les vêtements de mon fils, regarder la télé parce que je regarde un feuilleton, mexicain, C’est ma Vie, un petit garçon, avec sa maman, et son père, comme sa maman et son père sont divorcés le garçon il est resté avec sa maman, et le garçon il a 6 ans, son père il veut récupérer le garçon, et puis la maman elle a laissé le garçon pour le papa, parce que son père il est toujours en train de picoler, après le petit garçon il était pas content je sais pas voilà c’est ce soir, ça je vois c’est sur 2M, une chaîne marocaine, après j’ai allé sur une chaîne tunisienne, regarder, Ma Belle-Mère la plus chère, c’est une série que ma belle-mère je l’adore, elle est chez moi j’aime beaucoup ma belle-mère, c’est une comédie pour rigoler, la belle-mère elle est venue chez le gendre et elle est restée et elle a cuisiné, et son gendre il regarde, c’est chez lui, oh oui c’est pour rigoler, après je regarde France 3 pour les informations, après j’allais France 24 aussi regarder les informations, parce que les informations, les autres chaînes ils les donnent pas, comme par exemple hier, peut-être tu as écouté, un avion, en Angleterre, il a vu un laser, le monsieur il voit plus, il est venu les yeux, ils tournent comme ça, un avion qui passe, il a tapé sur les yeux du monsieur, le monsieur il voit plus, oui, à la télé ils parlent pas, ça j’ai entendu sur France 24, et beaucoup de choses qui se passent c’est pas à la télé, c’est pour ça que je change France 24 je regarde BFM, je regarde tout ça les informations, et je regarde l’Algérie aussi, ils passent les informations, avec le modem on peut regarder, et comme j’ai couché il est minuit, et comme je me mets au lit j’ai commencé la prière, et dormir vers minuit 1 heure du matin et à 7 heures je suis debout.

* Paris Est Villages tient à remercier chaleureusement les auteur(e)s des textes que nous publions ici, tels quels.
Il faut du courage pour écrire, il faut du courage pour accepter d’être lu(e).

Nous tenons à remercier également Delphine, de Khiasma, ainsi qu’Eva, du Centre Social Soleil Blaise, qui ont permis cette publication.
Ces textes ont été écrits par les apprenants du groupe 3, qui étaient inscrits en ateliers de français de 2015 à 2016 au Centre Social Soleil Blaise.
Emmanuel Adely, écrivain en résidence sur le quartier Saint-Blaise, a souhaité proposer des ateliers d’écriture, en
partenariat avec Le Musée Commun (projet de l’association Khiasma). Ces ateliers ont eu lieu du 15 décembre 2015 au 7 juin 2016, une fois par mois.
A chaque atelier, Emmanuel Adely lisait un extrait de texte d’écrivains connus. Le thème ressorti devait inspirer les
apprenants pour raconter leurs propres histoires, réelles ou inventées. Non scripteurs, les apprenants ont raconté leurs témoignages, retranscrits par l’écrivain, mots pour mots. C’est ce qui fait l’émotion et le charme de ces textes : on rencontre leur culture, on reconnaît l’accent de chacun, on traverse leur enfance, on ressent leur mal-être parfois.