POÉSIE

Jeunes poètes du quartier

Du 29 octobre au 02 novembre 2007 s’est tenu au Relais Ménilmontant un stage de poésie et de théâtre pour les jeunes, animé par les associations la Vitrine des Artistes, les Poètes à Paris et la Compagnie du Pausilippe.

Les objectifs étaient de sensibiliser les jeunes à leur environnement, de susciter la rencontre entre l’histoire de leur ville et leur propre histoire, de les fédérer autour d’un projet commun et de les sensibiliser à la citoyenneté par un biais ludique et artistique.
De ces journées sont nés quelques textes, que nous publions ici avec l’accord de Souad Amidou, initiatrice et animatrice du projet.

 

Les acrostiches *Ménilmontant
* Un acrostiche est un poème dans lequel les initiales de chaque vers composent un mot.

Ma patrie
Est Ménilmontant
Notre cher quartier
Illustré d’histoires et de passé
Le pilier le plus important de Paris
Ma famille, mes amis sont de là bas
Ô, Ménilmontant,
Ne change pas,

Tu nous émerveilleras toujours.
Années, jours, mois, heures, secondes que tu existes
Ne nous déçois pas
Tu seras notre quartier préféré.

Raphaël T. (14 ans)

 

Mélancolique
Ephémère
Narrateur
Imprévisible
Longévité
Métro
Obsolète
Nicotine
Tentateur
Arnaqueur
Novice
Tuile, tu es tout ça à la fois

El Hadji K. (14 ans)

 

Merde, je ne sais pas quoi écrire
Eux ils sont là et ils n’ont même pas l’air de réfléchir
N’importe quoi, vraiment
Impossible de te décrire
Largué par toi, tu n’as pas voulu de moi
Maintenant tu décides qu’on se revoie
Où et vers quoi veux tu m’emmener
Naturellement moi, j’y crois
Ton visage, j’y ai repensé
À présent, j’ai réussi à t’oublier, tu
N’arriveras pas à me désorienter, mais si
T’insites, je ne suis pas sûr de te résister, alors s’il te plaît !

Mustapha H. (20 ans)

 

Commencer par Sur

Sur les étables de joie
Sur les mégots terminés
Sur les oiseaux déchiquetés
Sur les larmes du ciel
Sur les billets jetés par terre
Sur les boîtes aux lettres explosées
Sur les journaux déchirés et mouillés
Sur les marteaux piqueurs
Qui sonnent dès 10h30
Sur les Capuccino et les gâteaux terminés
Que j’ai goûtés
Sur le fluide de la vie
Sur les odeurs des pétards
Allumés tout simplement
Et sur mon cœur qui bat pour toi
J’écris ton nom.

El Hadji K. (14 ans)

 

Sur les murs de pierre
Le plafond
Les arbres
Sur ta peau
J’écris ton nom
Sur ma ville
Sur mon quartier
Sur mon amitié
Sur ma révolte
Sur ma Liberté

Raphaël T. (14 ans)

 

Sur toi pour commencer
Sur elles qui t’ont précédéé
Sur eux qui t’ont devinée
Sur moi pour terminer
J’écris ton nom, à toi.

Sur ce pont qui nous sépare
Sur cette voiture qui m’a fait te revoir
Sur ta gentillesse qui me rend Babar
Surtout pour que tous les deux on se barre,
J’écris ton nom, à toi.

Mais là, je ne suis pas sûr de moi
Ni sûr de toi, je veux juste
Être sûr… de rien.

Mustapha H. (20 ans)

 

Haïku

Voisin Croyant
Mais voisin puant
C’est chez moi
Pour l’instant

Mustapha H. (20 ans)

 

Les Daltons, mais ils sont trois
Lequel est Averel ?

Mustapha H. (20 ans)